In Tempore Belli

  • November 5, 2004
La Chapelle — scènes contemporaines
3700, rue Saint-Dominique — Montréal, Québec

In the Press

Critique

By Réjean Beaucage in La Scena Musicale #10:3 (Québec), November 1, 2004

Le Théâtre La Chapelle (TLC), à Montréal, est un lieu particulier où se sont déroulé, depuis 15 ans, de nombreux grands moments de musique nouvelle («actuelle» ou «contemporaine»). Son directeur artistique, Richard Simas, invitait en 2003 le Quatuor Bozzini pour une résidence de deux ans; «Nous voulions, écrit-il dans le programme du prochain concert du Quatuor, établir un dialogue entre notre lieu de création-diffusion et ce brillant ensemble de cordes. Nous croyions pouvoir offrir des perspectives et des possibilités dans le but de participer à une étape de leur évolution. Nous voulions aussi simplement pouvoir entendre le son de leurs cordes et leurs voix chez nous, en répétition, en discussion, en recherche, en travail technique, en spectacle, en lecture de nouvelles pièces.»

Le Quatuor produisait l’automne dernier un grand événement autour du collectif allemand Wandelweiser en invitant aussi le compositeur Christian Wolff et l’ensemble américain Augenmusick. Cette fois-ci, tout juste de retour d’une série de concerts en Suède et en Allemagne, les membre du Bozzini nous présentent un programme moins éclaté, mais qui ne manque pas d’ambition.

La violoncelliste Isabelle Bozzini explique: «Nous avons choisi ces deux pièces de compositeurs américains pour leurs thèmes: celle de George Crumb, Black Angels-Thirtteen Images from the Dark Land (1970), pour sa référence à la guerre du Vietnam, et celle de Steve Reich, Different Trains (l980), pour son évocation de la Deuxième Guerre mondiale. Le concert porte le titre In tempore belli (En temps de guerre), et propose donc un parallèle entre les situations évoquées par les compositeurs et celle que nous vivons ces dernières années.» L’altiste Stéphanie Bozzini précise: «Outre leur programme, les œuvres ont aussi en commun le recours à l’amplificadon, celle de Crumb étant pour quatuor électrique et celle de Reich pour quatuor et bande; nous trouvions donc que les deux pièces allaient trés bien ensemble.»

L’œuvre de Reich a ceci de particulier que le quatuor joue en étant accompagné par un enregistrement de trois quatuors à cordes. Depuis la création de l’œuvre, l’enregistrement qu’utilisent tous les quatuors qui l’interprètent est celui réalisé par le Kronos Quartet pour la création. «Nous avons décidé de faire nos propres enregistrements, explique le violoniste Clemens Merkel. En utilisant le CD stéréo du Kronos Quartet, on doit ajuster notre jeu au leur et il n’y a pas de place pour une interprétation différente. Nous sommes le premier quatuor à réenregistrer les pistes d’accompagnement (16 heures de studio pour 27 minutes). Le son est donc différent (c’est le nôtre!), le mix aussi, et ça nous permettra éventuellement de faire paraître une version surround. Steve Reich en était trés heureux et il a hâte d’écouter le résultat.»

Le quatuor lancera aussi ce soir-là son premier disque: «Nous avons notre propre collection, "QB", dans le catalogue de la compagnie de distribution DAME, explique Isabelle Bozzini. La violoniste Nadia Francavilla précise:«i1 s’agit d’œuvres de Jean Lesage (Quatuor no 2), Michael Oesterle (Daydream Mechanics V), Claude Vivier (Pulau Dewata, arr. Oesterle) et Malcolm Goldstein (A New Song of Many Faces for In These Times), réunies sous le titre Portrait Montréal

Au printemps, le Quatuor poursuivra sa collabaration avec le TLC par un grand projet, un Marathon canadien, sur lequel nous reviendrons.