Work

Occam Delta XV (2018)

Éliane Radigue

string quartet

Commission: Quatuor Bozzini

Program Notes

[english translation not available]

«Simplest always the best!» Voilà la manière dont Éliane Radigue résume le principe du Rasoir d’Occam, aussi appelé principe de parcimonie. Tenant son nom du philosophe médiéval Guillaume d’Ockham (XIVe siècle), le rasoir peut se formuler ainsi: «Pluralitas non est ponenda sine necessitate; les multitudes ne doivent pas être utilisées sans nécessité. Placé au cœur même du projet instrumental de Radigue, Occam Océan, ce principe de raisonnement devient à la fois un guide d’interprétation pour les musiciens, et un facteur déterminant en ce qui a trait à la structure de l’œuvre. Par exemple si, en concert, il advienne qu’une section n’ait pas l’intensité voulue, mieux vaut passer tout de suite à la suivante plutôt que de s’acharner à tenir quelque chose qui ne va pas de soi. À l’inverse, si une section sonne merveilleusement bien, les musiciens sont encouragés à tenir celle-ci le plus longtemps possible, pour faire durer le plaisir… Ainsi, la durée de chaque section de l’œuvre est déterminée par ce qui, dans le feu de l’action, semble être la solution la plus simple pour l’interprète. Car il n’est pas question ici de musique écrite, mais bien d’un «processus de composition intuitif» semblable à la «transmission orale de musiques traditionnelles anciennes» (Sonami, 2017). À leur première rencontre avec Radigue, les musiciens choisissent avec la compositrice une image reliée à l’eau (de là la seconde moitié du titre). Cette image, qui est très personnelle aux musiciens, sert d’échafaudage pour la construction du morceau, et remplace en quelque sorte la partition écrite. Une fois la pièce bien structurée, l’image peut très bien être «laissée dans le tiroir» comme une partition lorsqu’on connaît une musique par cœur. Chaque pièce est donc construite sur mesure pour chaque musicien, et chaque musicien a son propre solo, nommé Occam*. À partir de la combinaison de ces solos, des duos Occam River sont formés, des Occam Delta pour trios et quatuors, Hexa pour les quintettes, et ainsi de suite jusqu’à Occam Océan pour grand orchestre. Il y a à l’heure 23 solos, et déjà plus de 50 pièces formées par ce jeu de combinaisons. Comme le dit Radigue, ça n’est que le début d’un cycle composant une œuvre «par nature inachevée parce qu’inachevable»… Et ça, ça lui plaît beaucoup.

* Puisqu’à toute règle son exception, le Quatuor Bozzini est non seulement le seul quatuor à corde du projet Occam, mais aussi le seul Occam Delta a ne pas être construit à partir de la combinaison de solos et de duos.

Emanuelle Majeau-Bettez