John Cage: Four

Quatuor Bozzini

Description

Une nouvelle vision de l’œuvre complète pour quatuor à cordes de John Cage. Survolant quarante ans de l’activité de l’artiste, ces trois chefs-d’œuvre éclairent les différentes périodes stylistiques de ce grand du 20e siècle.

Format
Numérique
Étiquette
Collection QB
Numéro de catalogue
CQB 1414_NUM

À propos des ces quatuors

La composition des trois quatuors à cordes s’est effectuée durant la seconde moitié de la vie de John Cage. Il écrit String Quartet in Four Parts (1949-50), alors qu’il commence à rejeter l’image du compositeur créateur d’une œuvre d’art comme véhicule de l’expression personnelle, pour se tourner vers celle, radicalement différente, du compositeur-organisateur de structures temporelles au travers desquelles les sons se manifestent sans qu’aucune intention personnelle, émotionnelle, théâtrale ou narrative ne soit perceptible.

Le String Quartet in Four Parts évoque les quatre saisons: elles n’y sont pas présentées comme une expression personnelle de l’artiste, mais plutôt comme des caractéristiques impressionnistes du son et du mouvement. La pièce est écrite de façon traditionnelle. «Les saisons en sont le sujet, dit Cage, mais les deux premiers mouvements font référence à des lieux… l’été en France, l’automne aux États-Unis. Les troisième et quatrième mouvements décrivent également des sujets musicaux: l’hiver s’expose sous forme de canon, le printemps comme un quodlibet». Cage décrit cette œuvre comme une ligne mélodique sans accompagnement. Chaque instrument possède une gamme spécifique de sons dont la structure ressemble un peu à celle d’une construction de blocs composant la ligne mélodique et soutenant la cohésion harmonique de l’ensemble. Chaque mouvement a aussi sa propre structure rythmique; c’est ainsi que le son se déroule à l’intérieur d’une organisation temporelle proportionnelle et mesurée préétablie par le compositeur.

À la fin des années 70, il commence à écrire une musique dont la notation — d’apparence parfois traditionnelle et parfois spatiotemporelle — s’inscrit à l’intérieur de parenthèses temporelles flexibles (time brackets). Ces parenthèses indiquent aux musiciens la durée d’une musique donnée mais leur permettent de choisir le moment et sa vitesse lors d’une performance. «C’est comme un processus qui intègre les structures, qui peut avoir n’importe quelle longueur et qui peut commencer ou se terminer n’importe quand à l’intérieur des parenthèses», explique le compositeur. «J’aime la souplesse… notre relation (à l’égard des musiciens et entre eux) est apolitique et anarchiste».

C’est de cette façon qu’est composé Thirty Pieces for String Quartet (1983). Chaque partie est indépendante des autres, chacune dans sa propre parenthèse temporelle qui dure approximativement une minute. Selon le compositeur, «Il s’agit d’une “coïncidence” de solos. Chaque solo est soit microtonal (un rythme “pulsé” de sons et d’harmoniques), tonal (des lignes plus lentes et soutenues) ou chromatique (complexe, dynamique, presque virtuose). Une sorte de kaléidoscope mobile de textures et d’activités se déploie alors dans un espace-temps de trente minutes. «Par cette flexibilité structurelle, la musique devient en quelque sorte à l’épreuve des tremblements de terre», souligne John Cage.

Four (1989) appartient à la série des «Number Pieces», commencée en 1987 et inachevée à sa mort, et dont le titre des œuvres révèle le nombre de musiciens requis pour son exécution. Les parenthèses temporelles sont toujours indiquées, mais le matériel sonore des dernières années est considérablement simplifié; parfois, il n’y a qu’un seul son, quelquefois deux ou trois et, dans cette œuvre, ils sont toujours joués très doucement. Four diffère de Thirty Pieces for String Quartet, car les musiciens ont accès à toutes les parties; pas de virtuosité individuelle, mais un ensemble de densités tonales changeantes. En parlant de ses «Number Pieces», Cage a déclaré qu’une «performance musicale peut être une métaphore pour décrire la société… pas de chef… pas de partition». C’est comme si, au crépuscule de sa vie, il avait choisi de clarifier et de simplifier sa musique, qui serait à l’image d’une «société judicieusement organisée» (jeu de mots intraduisible: «A society soundly organized»).

Malcolm Goldstein [traduction française: Sylvie Brousseau, i-14]