Improvisation

Suoni Per Il Popolo 2010

Présentation

La rencontre

La collaboration entre Benoît Delbecq et le Quatuor Bozzini a commencé il y a deux ans. L’idée de faire jouer ensemble les cinq musiciens a été proposée par le clarinettiste-improvisateur, François Houle, qui l’a soumise au directeur du Vancouver Jazz Festival, Ken Pickering. Ce dernier a semblé la trouver excellente puisqu’en 2008, le Quatuor Bozzini et Benoît Delbecq se produisaient en concert à Vancouver. Il s’agissait d’une combinaison gagnante; la qualité sonore et le style d’improvisation ont tellement été appréciés des auditeurs que des dispositions ont rapidement été prises afin que cet événement soit répété.

Delbecq a donc invité le quatuor à une séance d’exploration à Montreuil, en France, aux Instants Chavirés, «un lieu de diffusion pensé comme un laboratoire des musiques improvisées, expérimentales, bruitistes».

C’est avec grand plaisir que le quatuor présente maintenant, pour la première fois, ce projet chez lui, à Montréal, au festival Suoni Per Il Popolo - un endroit qui a traditionnellement servi de rampe de lancement pour ses expérimentations improvisationnelles.

Le monde du son

L’expérience musicale, inusitée, en vaut la peine. D’abord à cause du croisement irrésistiblement fluide entre deux mondes sonores similaires. Le piano préparé de Benoît produit une palette de sons venus d’ailleurs, qui résonnent chaleureusement en s’entremêlant avec ceux des cordes pour former un espace sonore profondément émouvant, intense et intime.

La philosophie derrière l’improvisation

Ensuite, il faut souligner que le Quatuor Bozzini est un des rares (s’il n’est pas le seul) dans ce monde à faire de l’improvisation (non reliée au jazz ou à un autre style classique). Cette proposition un peu spéciale demande à ses aventureux musiciens de trouver l’équilibre entre deux situations extrêmes. D’un côté, ils doivent s’entraîner quelques heures chaque jour afin de penser et d’agir comme un seul instrument, pour bâtir une structure d’interrelations musicales. De l’autre, au moment de célébrer l’individualité et l’impulsivité requises dans l’improvisation, les musiciens doivent se jeter dans l’invention, seuls et sans filet.

La recherche de ce délicat équilibre, de ce jeu subtil entre deux idées contraires, est le fondement de la proposition qui vous est faite ce soir, la raison d’être de la rencontre entre Benoît Delbecq et le Quatuor Bozzini.