Innamorati

Festival de Casteliers 2022

  • Marcelle Hudon
  • Csaba Raduly [Photo: Pavla Mano, 2017]

Participants

Programme

Description

Innamorati est une suite de courtes pièces de musique contemporaine interprétées par quatre musiciens lumineux et librement illustrées par deux marionnettistes bienveillants.

Alors que Colombine s’élève et que Zanni tente de rattraper ses pieds, des oiseaux bavardent et des musiciens jouent du ressort. Ces amoureux improbables se rencontrent sur une feuille de papier ou ils s’entremêlent pour gagner une ultime course contre la mort.

Présenté en co-diffusion avec Le Vivier.

La presse en parle

Critique

Patrice Bonneau, Jeu, 4 mars 2022

Au fil des ans, le Festival de Casteliers est devenu un événement incontournable dans le paysage théâtral montréalais. Pour cette 17e édition, qui rend hommage aux arts de la marionnette en Amérique du Nord, 11 spectacles en provenance du Nunavut, du Mexique, des États-Unis et du Québec sont présentés en salles. Ce retour attendu sur les scènes de la métropole s’accompagne d’un éventail d’activités parallèles gratuites: expositions, table ronde, ateliers, etc.

Innamorati: En avant la musique

La marionnettiste Marcelle Hudon présente sa dernière création, Innamorati, pour laquelle elle collabore avec le Quatuor à corde Bozzini, un ensemble de musique contemporaine. Dans cet hymne à l’amour et à la vie, l’artiste utilise des ombres chinoises, des marionnettes à fils, de la vidéo en direct et de la manipulation de dessins. Des personnages naissent, se cherchent, tombent amoureux, s’évadent et tentent d’éloigner la mort. Malgré des moments forts, on se perd souvent dans ce récit biscornu. Certaines scènes cassent le rythme et brisent la poésie qui s’installait jusqu’alors, comme celle où des pieds entendent s’échapper de leur propriétaire.

Avec son compère Csaba Raduly, Marcelle Hudon s’expose autant que les objets auxquelles elle donne vie. On les voit manipuler les figurines articulées et manier, à une station de travail, les éléments filmés qui apparaissent aussitôt sur de longs panneaux au fond de la scène.

Dans ce conte onirique, c’est la musique qui mène le bal. Complexe et techniquement décousue, elle est cependant détaillée et exige une attention assidue des spectateurs et spectatrices. L’aspect déconstruit qui ressort au début de chaque morceau fait ensuite place à une harmonie singulière qui n’est pas exempte d’intérêt. C’est d’ailleurs la plus grande qualité de cette production.

Dans ce conte onirique, c’est la musique qui mène le bal.