Lung Ta

Linda Bouchard

Lung Ta a été jouée à Montréal…

Au peuple tibétain

Pour les Tibétains, le cheval est le porteur des pensées. Il est souvent lié à l’activité mentale. Un yogi tibétain a un jour décrit la pensée comme un cheval galopant qui cherche à s’envoler, libre comme l’air, mais qui doit être dompté pour être utile.

Les Tibétains prient le monde invisible en se servant d’une autre sorte de cheval de vent. Ils nomment leurs drapeaux de prières Lung Ta. Chacun de ces drapeaux imprimés transporte les prières et les invocations vers les déités, mais aussi vers les prieurs qui les ont prononcées. Les Lung Ta sont accrochés au sommet des montagnes, au dessus des maisons et aux branches des arbres. Avec chaque souffle de vent, des prières visibles et invisibles se multiplient et se transportent dans le vide pour le bien-être de ceux qui les prodiguent et celui de tous les êtres vivants.

Création

Lung Ta

  • Linda Bouchard
  • Année de composition: 1992
  • Instrumentation: quatuor à cordes
  • Commande: Bang on a Can Festival avec l’aide du Meet The Composer/Reader’s Digest Commissioning Program, en partenariat avec le National Endowment for the Arts et le Lila Wallace-Reader’s Digest Fund

Concerts

20 avri 2011
20h00
Série QB
BouchardStiegler
Montréal (Québec)