Modes of dispossession, levels of affinity

Antoine Beuger

Modes of dispossession, levels of affinity a été jouée à Bruges et Montréal…

Modes of dispossession, levels of affinity était une autre pratique que nous pratiquions régulièrement.

C’était notre façon de célébrer le don de la communion ou, paradoxalement, de la solitude: du fait d’être seuls avec la conscience de ne pas être seuls.

Nous pratiquions l’exercice d’approfondir notre compréhension et notre expérience de l’individualité. De notre point de vue, c’était impossible d’embrasser l’individualité sans nous perdre en tant qu’individus: sacrifier une forme d’individualité à une autre.

Même lorsque nous sommes seuls, nous pensons l’un à l’autre, nous nous désirons, nous nous attendons, nous sommes, en fait, habités par l’autre.

Mais cela est-il possible si nous ne nous possédons pas (nous-même, l’un l’autre)?

Mon foyer, mon cœur: comment puis-je dire qu’ils sont miens sans affirmer par la même occasion qu’ils sont tiens?

Tant de façons de déposséder qui sont fondamentales à celui que je suis, en vertu desquelles je suis…

Nous étions quatre (un nombre assez stable, croyions-nous, pour que personne ne soit isolé) et nous nous assoyions avec une certaine distance, assez loin pour être seuls, assez près pour ne pas être seuls.

Nous jouions (ou chantions, parfois) des sons seuls, parfois en les connectant en une sorte de phrase, calmement, avec une grande douceur, pour nous-même, ce qui, nous le croyions, signifiait: l’un pour l’autre.

Donnant les sons plutôt que les amassant.

Nous essayions de jouer chaque son avec la conscience de le donner sans jamais l’avoir même possédé.

Chaque fois, nous étions surpris par la beauté des coïncidences qui se produisaient, pas seulement parfois, mais bien chaque fois! Nous nous émerveillions de la façon dont nos sons se retrouvaient, se touchaient, se pénétraient, se complémentaient, se quittaient: tant de niveaux d’affinité!

Nos sons, en quelque sorte traces d’eux-mêmes, nous enseignaient, nous révélaient notre propre potentiel.

Un jour, l’un de nous suggéra que nous essayions de jouer chaque son en pensant à quelqu’un (présent ou absent, mort ou vivant, connu personnellement ou d’autre façon), séjournant dans notre maison. C’était une suggestion charmante et ce devint bientôt le noyau le plus intime de notre pratique.

Tiré de The Memories of RN, auteur et date inconnus — Traduit de l’anglais par Paul Bazin

Création

  • 9 novembre 2014, Quatuor Bozzini — Europe Automne 2014: SLOW (36h) Wandelweiser — 2, Onze-Lieve-Vrouw-van-Blindekens, Bruges (Belgique)

Modes of dispossession, levels of affinity

  • Antoine Beuger
  • Année de composition: 2014
  • Durée: 70:00
  • Instrumentation: quatuor à cordes
  • Commande: Quatuor Bozzini, Concertgebouw Brugge
Concerts
9 nove 2014
18h30
Beuger
En salle
Bruges (Belgique)
14 mars 2018
18h00
Série QB
Beuger
En salle Atelier
Montréal (Québec)