Nocturnes

Christopher Butterfield, Érik Satie

À madame Marcelle Meyer, pianiste; André Salomon, pianiste; madame Jean Hugo (Valentine Gross), artiste et designer; madame la Comtesse Étienne de Beaumont (Édith Marie Élisabeth de Taisne de Raymonval), mécène et madame Georges Cocteau (Eugénie Lecomte).

Les cinq Nocturnes pour piano d’Erik Satie (il en avait presque terminé un sixième et comptait en composer un septième) ont été écrits en 1919, un an après son «drame symphonique» Socrate et un an avant sa Musique d’ameublement. Avec Socrate et son Premier Menuet de 1920, les Nocturnes sont les seules pièces écrites dans les dernières années de sa vie qui ne sont pas influencées par le cabaret; en fait, elles sont totalement dépourvues de titres ou indications expressives humoristiques pour lesquels il est si connu. Ces pièces se démarquent aussi par la manière dont Satie a travaillé et retravaillé leur fondation harmonique — on pourrait presque dire qu’il en a élaboré un système. Tout comme Socrate, les Nocturnes ne doivent rien à la musique romantique. Lorsque j’en ai réalisé un arrangement pour quatuor à cordes, j’éprouvais une certaine difficulté à résister à la tentation d’imiter la résonance du piano et suivre les indications de nuances publiées qui créaient une forme de récit musical plus ou moins conventionnel. J’ai plutôt choisi de laisser l’harmonie être le fil conducteur narratif, confiant en l’idée qu’en retenant les tendances conventionnelles concernant les nuances, la musique gagnerait progressivement en caractère expressif.

Nocturnes

Concerts

29 nove 2020
14h30
Reporté
ButterfieldCheungGarchikJolasMartinSatieTagaq
Montréal (Québec)
1 déce 2020
18h30
Reporté
ButterfieldCheungGarchikJolasMartinSatieTagaq
Montréal (Québec)