Œuvre

umoregi (if exposed…) (2014-16)

Daryl Jamieson

quatuor à cordes

Commande: Quatuor Bozzini, avec l’aide du CAC

Notes de programme

La version originale a été créée par le Quatuor Bozzini le 13 septembre 2014, à l’Ōkyokan du Tokyo National Museum.

La version révisée a été créée par le Quatuor Bozzini le 19 mars 2016 au Cluster Festival de Winnipeg (Canada).

Le tanka et le haiku, les principales formes de la poésie traditionnelle japonaise, sont des formes extrêmement courtes, respectivement de 31 et de 17 syllabes. Afin que créer des poèmes chargés de sens à l’aide d’une forme d’expression si brève, les poètes japonais utilisaient — et utilisent toujours — un lexique de mots symboliques appelés «mots oreillers», soit des expressions ayant accumulé progressivement de la profondeur et de la signification au cours de plus de 1200 ans d’usage. umoregi est l’un de ces mots; il renvoie littéralement à des pièces de bois pétrifié émergeant de façon périodique de certaines rivières, mais, d’une perspective symbolique, il suggère aussi un secret qui menace d’être révélé, au détriment de l’auteur et/ou du destinataire du poème. Ce mot était principalement utilisé en référence aux amours illicites, mais aussi pour désigner les conspirations politiques, ou encore comme métaphore pour parler de la mort.

Cette pièce, dans la tradition intertextuelle de l’art japonais, ajoute un niveau de connotation à la constellation des significations renfermées par ce mot riche.