Œuvre

Helleborus (2015)

Jo Kondo

piano à quatre mains

Notes de programme

Mon travail de composition est une sorte d’improvisation. Je commence à l’écrire sans aucun plan d’ensemble de la pièce. J’attends simplement jusqu’à ce que la première note (ou le premier accord) me rende visite. Une fois trouvée cette note, j’essaie d’écouter quelle note serait suggérée par la première, puis quelle troisième note serait suggérée par la seconde, et ainsi de suite. C’est un travail d’improvisation très lent, un processus qui demande beaucoup de temps, émanant de la contemplation du son qui m’est venu.

Helleborus, écrit à l’intention de Hildegard Kleeb et de Satoko Inoue, est ma contemplation hivernale. Lorsque la pièce a atteint sa forme finale, les fleurs d’héllebore de mon jardin frisonnaient doucement dans la brise froide du début du printemps.