Œuvre

Notes de programme

Sight Rythmics était à l’origine écrite pour cinq instruments: violon, steel drum, banjo, piano électrique et tuba. La pièce consiste en six courts mouvements qui se ressemblent beaucoup, presque identiques, particulièrement les cinq premiers. En écoutant attentivement cette version originale pour ensemble instrumental, on se rend compte qu’une seule partie change d’un mouvement à un autre, et que les quatre autres demeurent les mêmes, à l’exception du cinquième mouvement, dans lequel ce sont le violon et le tuba qui changent simultanément. Les changementss ainsi apportés à la texture d’ensemble sont en effet minimaux. Les cinq mouvements semblent en effet presque identiques, mais une écoute attentive révélera rapidement leurs différences. Je nomme cette pratique la «pseudo répétition», et on pourrait la situer quelque part entre la répétition stricte et la variation. Même le sixième et dernier mouvement, «Scholion», dans lequel toutes les parties sont différentes du cinquième mouvement, présente une texture dont la sonorité n’est pas si différente de celle des autres mouvements. La répétition stricte est en soi statique et ne mène nulle part, tandis que la variation, si disposée de façon logique comme dans la musique classique, présente un développement dynamique et directionnel qui lui est propre, ce que l’on nomme le bon «discours». La «pseudo répétition» est presque aussi statique que la répétition stricte, mais se fait aussi le véhicule de changements et de mouvements cachés. Peut-être que le terme le plus approprié pour décrire cette situation fluide, aussi contradictoire qu’il puisse paraître, serait «stase dynamique». On pourrait comparer la stase dynamique expérimentée par l’auditeur à la façon dont nous vivons notre vie de tous les jours. Chaque jour ressemble considérablement à la veille (routine quotidienne), mais aujourd’hui n’est jamais exactement comme hier.