Œuvre

Interstizi

Javier Torres Maldonado

violon et violoncelle

Exécution

  • 15 Juin 2018 16h00
    Saint-Irénée
    Radford | Reich | Torres Maldonado

Notes de programme

Interstizi a été commandée à Javier Torres Maldonado par l’Accademia Musicale Chigiana en 2002, et a été créée le 16 juillet 2003 au cours de la «Settimana Musicale Senese» (Semaine musicale de Sienne), en Italie, par le violoniste Carlo Chiarappa et le violoncelliste Martin Zeller. Cette piece est un triptyque pour violon et violoncelle. À son sujet, le compositeur raconte:

«La première pièce s’intitule X, étant inspirée par la technique en canon utilisée par Nancarrow dans sa célèbre Study N.21 pour piano mécanique, Canon X, où il fait appel à des rythmes en ostinati de différentes vitesses pour chacune des deux voix (l’une des voix évolue de lent à rapide tandis que l’autre effectue le parcours inverse; la relation temporelle entre les deux voix est symbolisée graphiquement par le x). Dans le cas de la première pièce d’ Interstizi, cette technique est appliquée aux différentes couches de groupes de figures rythmiques qui forment les divers niveaux de vitesse, de sorte qu’une voix s’accélère et ralentisse par étapes, rendant chaque niveau irrégulier. L’ensemble est articulé par un ostinato rythmique qui ne correspond pas au nombre de notes contenu dans chaque séquence de hauteurs (tel que dans les «talea» et les «couleurs» de la musique médiévale), et qui inclut des variations de son modèle paradigmatique. La deuxième partie est marquée par différentes techniques qui explorent l’utilisation du pizzicato. Avec une intention presque ironique, ce mouvement central porte le titre Y, faisant encore une fois référence à la graphie de la lettre; en fait, ce mouvement évolue d’un commencement homorythmique vers une différenciation des figures rythmiques proposées par chaque instrument. La troisième et dernière pièce du cycle — ¡Oh, Luz lejana! — est caractérisée par l’utilisation de hauteurs microtonales provenant de trois champs harmoniques «spectraux». L’usage abondant des glissandi créée une certaine instabilité dans les harmonies, qui fluctuent dans la région centrale. Le titre du triptyque fait référence à l’idée de trouver l’espace minimal — les interstices — nous permettant de nous focaliser sur l’instant qui précède une situation de convergence, ou de différencier le processus menant à une situation opposée à celle entendue au commencement de la pièce».