Composer’s Kitchen 2013

Présentation

Cet événement unique centré sur le quatuor à cordes fusionne les concepts d’atelier, de laboratoire, de salle de jeu et de cours de maître. Pendant une semaine, le quatuor et deux compositeurs chevronnés se penchent sur l’œuvre de quatre jeunes compositeurs et compositrices de la génération montante. Leur pièce est lue, décortiquée, commentée, travaillée, analysée, rejouée, puis exécutée en concert à la clôture.

Compositeurs invités

Participants

  • Sean Clancy, RU
  • Marielle Groven, Canada
  • Simon Martin, Canada
  • Amber Priestley, RU

2 volets

  • Montréal, Canada: 21 au 27 avril 2013
  • Huddersfield, RU: 17 au 20 novembre 2013

Le "Quatuor Bozzini" (Montréal) présente la 9e édition de son Composer’s Kitchen dans son format élargi en collaboration avec le Huddersfield Contemporary Music Festival (hcmf//), le plus important festival international de musique nouvelle et expérimentale du Royaume-Uni.

L’échange

Le Composer’s Kitchen fera l’échange avec le prestigieux festival en donnant l’occasion à deux compositeurs du Royaume-Uni de participer à l’édition canadienne et en invitant deux compositeurs canadiens à la nouvelle édition au Royaume-Uni. Les quatre compositeurs sélectionnés participeront aux deux facettes de l’événement:

  • l’atelier d’une semaine à Montréal, en avril 2013, qui se clôturera par un concert-laboratoire ouvert au public;
  • un atelier/cours de maître de trois jours à Huddersfield, RU en novembre 2013, pour rafraîchir et amener à maturité les pièces créées au printemps. Cette partie ce termine avec un concert au hcmf//.

Composer’s Kitchen

Le Composer’s Kitchen est une résidence professionnelle produite par le Quatuor Bozzini depuis 2005, visant à former les compositeurs de la génération montante à l’écriture d’œuvres destinées à la formation du quatuor à cordes. Cet événement unique agit comme incubateur d’œuvres originales, fusionnant les concepts d’atelier, de laboratoire, de salle de jeu et de cours de maître. Le Quatuor Bozzini se penche sur les œuvres des jeunes compositrices et compositeurs sélectionnés: leurs pièces sont lues, décortiquées, commentées, travaillées, analysées, rejouées, puis exécutées à l’occasion d’un concert de clôture. La résidence se décline en deux parties: dans un premier temps, un atelier d’une semaine se déroule à Montréal (Canada); six mois plus tard, tous se retrouvent alors que le Composer’s Kitchen est repris en partenariat avec une organisation internationale (par le passé: Huddersfield Contemporary Music Festival, Gaudeamus Muziekweek, Sound and Music/Sound Scotland). Le Quatuor Bozzini et les participantes et participants rafraîchissent et retravaillent les pièces en profondeur suite à cette période de maturation bénéfique. Tout au long du processus, les compositrices et les compositeurs peuvent compter — en plus du Quatuor — sur la présence de mentors d’expérience qui comptent parmi les figures les plus importantes de la création musicale actuelle.

«Osez faire ce que vous n’avez jamais osé faire!»

Chaque édition du Composer’s Kitchen est l’occasion d’effectuer un travail rigoureux de création dans une atmosphère décontractée et non compétitive. Les participantes et participants sont invités à expérimenter au-delà des limites du conventionnel et du convenu, et à explorer des esthétiques nouvelles et variées de manière à ce que leur maîtrise du medium du quatuor à cordes s’en trouve consolidée par une expérience de la plus haute qualité.

Le Quatuor Bozzini aime nourrir ces échanges avec les compositrices et les compositeurs bien au-delà de la durée de la résidence. Ces relations durables créent un riche réseau de collaborations. De cette manière, le Quatuor cherche toujours à rester en phase avec les tendances émergentes et les pratiques affectionnées par les créatrices et les créateurs de la relève.

Dossier de presse

  • Review in seanlclancy (RU)
    «I’m just back from two fabulous weeks in Montréal where I was a participant in the Bozzini Quartet’s Composer’s Kitchen…»
  • Critique in Clavier bien tempéré (Québec)
    «Lors de la 9e édition de leur Composer’s Kitchen, le Quatuor Bozzini invitait hier les curieux à entrer dans l’antre de la création, à humer ce qui bouillonnait dans le chaudron, en proposant quatre pièces de jeunes compositeurs.»
  • Review in seanlclancy (RU)
    «This project had a huge impact on my aesthetic and working method and I am so incredibly privileged to have had the opportunity to work with such a class act as the Bozzini Quartet…»

Review

Par Seán Clancy in seanlclancy (RU), 3 mai 2013
I’m just back from two fabulous weeks in Montréal where I was a participant in the Bozzini Quartet’s Composer’s Kitchen…

I’m just back from two fabulous weeks in Montréal where I was a participant in the Bozzini Quartet’s Composer’s Kitchen alongside fellow composers Marielle Groven, Simon Martin and Amber Priestley, as well as mentor composers Laurence Crane and Michael Oesterle. We were all immensely fortunate to work extremely close with the quartet and two incredibly brilliant and insightful mentors and for this I am very grateful. Prior to Composer’s Kitchen, it was a great treat to hear some wonderful English, Canadian and Norwegian music during the Bozzini Quartet’s Salon QB series where they were joined by English Pianist Philip Thomas. These were extremely refreshing concerts with superb performances, with particular highlights for me being afforded the opportunity to hear live performances of Martin Arnold, Laurence Crane, Bryn Harrison, Cassandra Miller, Michael Oesterle & my good friend Howard Skempton. The sound of their music rang in my ears long after the performances had finished.

We hit the ground running with the Composer’s Kitchen and it was incredible. Every day we experimented, refined, rehearsed, discussed and experienced each other’s compositions, with the quartet making every discernible effort to really get inside each of our pieces. Their utter dedication to the music was palpable. This was matched by extremely sound comments and advice from Laurence and Michael which really elevated the pieces. The final concert was a huge success and it was such a warm experience hearing these four pieces really coming to life with expert performances from the quartet.

It was an absolute pleasure and privilege to get to know my peer composers Marielle, Simon and Amber and Mentors Laurence and Michael. A pleasure to hear their music, hear them talk about their music and experience all their little eccentricities and how these filtered into their music. Their music for me was an extension of their personality and it was so heart warming to hear this play out. It was incredibly beautiful to hear their work develop over the week and how it was tweaked, refined, rendered and given birth to in high-definition. For my own part, I was extremely delighted with my own piece Neue Kraft Fühlend and believe it to be amongst the best things I’ve written. It was also such an honour to work with a quartet so dedicated to our music and so interested in bringing it to life. This was trumped only by their friendliness, hospitality, generosity and genuine warmth, with each member of the quartet welcoming us into their families and homes.

I really feel that this was an invaluable experience for my development as a composer and I really feel that I have met some life long friends and co-conspirators. I was immensely sad to have left everyone behind as we went our separate ways, but this was only leg I of our journey together. We will meet again for Huddersfield Contemporary Music Festival!

I want to thank the Bozzini Quartet (and Cléo Palacio-Quintin for her hospitality!) for selecting me for participation in this scheme and affording me the opportunity to work with them and to meet so many remarkable people.

À bientôt mes amis du Canada!

Critique

Par Lucie Renaud in Clavier bien tempéré (Québec), 28 avril 2013
Lors de la 9e édition de leur Composer’s Kitchen, le Quatuor Bozzini invitait hier les curieux à entrer dans l’antre de la création, à humer ce qui bouillonnait dans le chaudron, en proposant quatre pièces de jeunes compositeurs.

Que trouve-t-on dans la cuisine d’un compositeur? Des sons, des expériences, des idées; autant de potions plus ou moins magiques qui, si correctement utilisées, peuvent mener l’auditeur ailleurs. Et si on pouvait se tapir dans un coin du laboratoire et être témoin des essais et parfois erreurs, alors qu’une œuvre en est encore à ses balbutiements, qu’interprètes et compositeur cherche la voie pour transmettre l’émotion efficacement. Lors de la 9e édition de leur Composer’s Kitchen, le Quatuor Bozzini invitait hier les curieux à entrer dans l’antre de la création, à humer ce qui bouillonnait dans le chaudron, en proposant quatre pièces de jeunes compositeurs (deux du Canada, deux du Royaume-Uni) qui, toute la semaine, avaient travaillé en collaboration avec les musiciens, sous la houlette de leurs parrains compositeurs, Michael Oesterle et Laurence Crane.

Amber Priestley a proposé avec And Yest Something Shines, Something Sings in That Silence une page ludique, les membres du quatuor retournant leur partition après chaque bref mouvement, piochant dans les motifs proposés, assemblant le tout au fur et à mesure. Même si nous avions affaire ici à une narration ne relevant aucunement de la linéarité, le pièce dégageait néanmoins une impression de cohérence, les intentions se trouvant cernées en quelques gestes, souvent habiles.

Neue Kraft Fühlend de Sean Clancy se voulait le négatif du mouvement central du Quatuor opus 132 de Beethoven (de la partition duquel est tirée la citation du titre), les sections plus intenses se trouvant allégées, les passages effervescents devenant concentrés, comme si la structure même du mouvement de Beethoven se trouvait évidée et que Clancy y réarrangeait le matériau, y intégrant bien évidemment de larges pans de son univers. Sans pouvoir obtenir une image claire de la «photographie» d’origine à l’écoute, on peut néanmoins reconnaître le côté obstiné du Beethoven tardif et cette maîtrise imparable avec laquelle il peut échafauder un édifice cohérent à partir d’une simple cellule mélodique ou rythmique. Le tout s’est terminé dans la fatalité la plus pure, les pizzicatos des violons et de l’alto, presque féroces, s’opposant au chant du violoncelle. Une œuvre que je prendrai plaisir à réentendre, qui m’a paru particulièrement achevée.

Les deux compositeurs canadiens ont proposé quant à eux des esquisses, des explorations. Marielle Groven, qu’on avait pu découvrir avec l’ECM+ il y a quelques mois lors du concert Génération 2012, semble continuer son exploration organique, décomposant les sons de la nature, du chant d’oiseau au craquement des branches sans oublier le souffle du vent pour les transmettre en musique. On reconnaissait ici et là des battements d’ailes, des superpositions de sonorités qui semblaient se déformer (un peu comme l’effet Doppler) et le tout m’a semblé un intéressant prolongement (même si la matière était traitée différemment) de la pièce Warblework de Cassandra Miller, présentée il y a deux semaines par le Quatuor Bozzini, qui explorait les différentes possibilités offertes par le chant des grives.

Simon Martin a expliqué en être encore à la phase exploratoire dans son traitement des textures du quatuor à cordes, dont il cherche à maximiser les pouvoirs expressifs, vocaux aussi bien qu’à détourner les fonctions premières des instruments. Ainsi, les archets glissaient sur le corps ou les chevilles des instruments, les musiciens intégraient de menus objets métalliques aux cordes pour obtenir un timbre qui rappelait par moments la guitare électrique par instants et la pression excessive des archets sur les cordes semblaient dématérialiser le son, rendant l’expérience très proche de l’acousmatique. Il faudrait sans doute ramasser tout cela, mais déjà, j’ai aimé ce passage de l’inaudible à l’audible et cette ellipse qui permettait de revenir au point de départ (juste avant les sections avec objets ajoutés et le traitement forcé des sonorités).

Review

Par Seán Clancy in seanlclancy (RU), 17 décembre 2013
This project had a huge impact on my aesthetic and working method and I am so incredibly privileged to have had the opportunity to work with such a class act as the Bozzini Quartet

Special mention must be given this year to my time spent with the Bozzini Quartet. On two separate occasions, the first in Montreal and the second at the Huddersfield Contemporary Music Festival, I had the great privilege of working with this amazing quartet as part of their Composer’s Kitchen Project. Here I was a participant alongside fellow composers Marielle Groven, Simon Martin and Amber Priestley, as well as mentor composers Laurence Crane and Michael Oesterle. It was such a fantastic experience to get to know my peer composers Marielle, Simon and Amber and Mentors Laurence and Michael on these two separate occasions. A pleasure to hear their music, hear them talk about their music and experience all their little eccentricities and how these filtered into their music. Their music for me was an extension of their personality and it was so heart warming to hear this play out. It was incredibly beautiful to hear their work develop over the two separate weeks and how it was tweaked, refined, rendered and given birth to in high-definition. It was also an honour to work with a quartet so dedicated to our music and so interested in bringing it to life. This was trumped only by their friendliness, hospitality, generosity and genuine warmth. Moreover, it was extremely fruitful getting to see this project through over two separate legs; hearing the pieces grow and becoming more and more refined, developing a strong relationship with the performers and seeing an incredibly polished object at the end of the project at the Huddersfield Contemporary Music Festival. I don’t think I have ever witnessed a group working as hard over such an extended period of time as the Bozzini Quartet. They performed my piece Neue Kraft Fühlend superbly, with the energy and delicacy that it deserves, balancing light and darkness perfectly. I am immensely proud of this piece as I am with this collaboration. This project had a huge impact on my aesthetic and working method and I am so incredibly privileged to have had the opportunity to work with such a class act as the Bozzini Quartet and I hope our creative paths cross again in the very near future.