Comment ne pas gaspiller notre crise!

Aspirons à l’instauration d’un revenu de base garanti! Pour enfin parvenir à une réduction significative de la bureaucratie envahissante reliée à notre métier, comme à bien d’autres… Nous pourrions travailler avec plus de souplesse dans la création, et prendre le temps d’investir davantage l’espace public, entre autres sur une base locale. Cela encouragerait, par exemple, des partenariats arts+communauté, où un artiste irait de son propre-chef dans une école ou un CHSLD de son quartier sans avoir à faire 3 demandes, 4 rapports et d’innombrables démarches pour obtenir les permissions et un maigre financement… Un « bénévolat » actuellement difficile si l’insécurité économique demeure la règle parmi les artistes. Est-ce que les musiciens choisiraient de rester à la maison à « se pogner le beigne »? Non, ils feraient davantage ce qu’ils font le mieux : jouer de la musique pour les autres!

Isabelle Bozzini

Revenir en haut de page